Banner 1 - nuages
Banner 2 - sky city
Banner 3 - decor
Banner 4 - persos
Banner 5 - arbre
Banner last



Bonjour les gens ! Alors déso mais cette année, on va faire une ptite note rapide, hein, j’ai plein de trucs sur le feu et une mare à creuser. En plus je ne peux pas vous montrer la moitié des boulots que j’ai effectué pour des raisons de confidentialité. C’est ballot !
Mais ne repartez pas tout de suite avec cette mine déconfite ! J’ai quand même réussi à dénicher quelques patouilles histoire que vous ne repartiez pas les yeux vides. Et puis j’ai une petite proposition à vous faire, on en recause un peu plus bas 🙂

C’est toujours marrant de revenir sur l’année passée à l’occasion de cette note. Marrant mais pas toujours fou-fou-rigolo, hein. On a finalement mis un terme à l’aventure Mazette avec Mel, on a pas réussi à atteindre l’équilibre financier pour faire perdurer ce projet saugrenu. Faut dire que dans le genre as du web-marketing, on se pose là… ( Quoi d’étonnant de la part d’un mec qui poste laborieusement une note de blog par an et qui utilise les réseaux sociaux comme un gros boomer.) alors la presse papier est en train de gentiment agoniser mais s’adapter à l’économie du web, tudieu, c’est un métier en soi et ça ne s’improvise pas. On le savait déjà avant de se lancer mais là on est BIEN BIEN au courant, c’est bon.

Je profite tout de même de l’occasion pour remercier chaleureusement tous les auteurs qui nous ont suivi dans ce bazar, on aura fait ce qu’on a pu pour faire tourner le truc et sans leur soutien , rien n’aurait été possible. Egalement Un énorme merci aux lecteurs qui nous ont généreusement soutenu pendant ces presque 3 années d’existence, big up les gens !

Chaque mois je râlais un peu et je saoulais Mel au moment de devoir trouver une couv mais c’était toujours l’occasion d’expérimenter quelque chose d’un peu différent de ce que je fais habituellement dans mon boulot d’illustrateur. L’exercice va me manquer !


« I’m a poor lonesome webzine de gauche qui n’a pas trouvé son public… »

Bref, il faut tourner la page et continuer à aller de l’avant comme qui dirait.
Tiens, ben, du coup, je vais en profiter pour vous montrer un peu mes productions pour la presse papier. On est sur du plus classique, certes, mais quelque part si je fais ce métier aujourd’hui, c’est bien parce que plus jeune je dévorais insatiablement toutes les revues jeunesse de vulgarisation richement illustrées comme okapi ou science et vie junior. Ce ne sont pas mes boulots les plus personnels mais je suis toujours ravi de me prêter à l’exercice. Allez zou. Déballage.

Oh et j’ai commencé à collaborer avec Canard pc pour leurs hors-série jeu de platal, ce qui me fait bien plaisir parce que je les apprécie particulièrement, ces gens là. Et ils nous ont grave soutenu pour Mazette, on aurait pu participer à leur opération « printemps des indés » mais il était hélas déjà trop tard pour nous. Tsaa.

Niveau bd, pour l’instant, je garde encore de côté de ce que j’ai fait pour ma prochaine série. Il me faudra bien encore un an avant de terminer ce one shot sur lequel je bosse, plus d’infos la prochaine fois !

Niveau jeu vidéal, les choses se précisent. Ca reste encore un gros bordel mais les méthodes acquises sur les petits jeux Mazette vont bien me servir à l’avenir. Par contre j’ai switché de Unity à construct 3. Unity est incroyable mais définitivement pas assez accessible et trop bordélique pour moi. (A moins que ça ne soit le contraire ?:)) J’ai découvert construct 3 ( merci Fleff !) et c’est juste épatant comment ce petit soft est le meilleur moyen d’appréhender l’apprentissage du code avec son système de briques logiques. C’est par contre limité à la 2d (avec tout de même quelques petites astuces pour faire de la 2.5D) et j’ai du adapter mon PROJEEET en conséquence.

Remisées de côté mes petites maisons en 2d plaquées sur des volumes en 3d low poly, on repart sur de la 2d bien classique sur une simple grille,(Non parce que la trigonométrie à chaque ligne de code ça va vite devenir trop compliqué pour moi.) avec toujours dans l’idée une base de tower defense mâtinée de gestion/stratégie et une pointe de considération écologique. Je ne sais pas combien de temps ça me prendra, ma méthode de travail est très certainement la plus foutraque qui soit, mais ça n’a pas d’importance, c’est mon petit projet d’amour et je finirai bien par obtenir quelque chose.


C’est pas encore fou-fou, y’a encore beaucoup de taf , mais c’est l’idée ^^ 8 frames d’animation pour chaque direction de chaque sprite, ça va être du sport mais ça sera mignon !

Et c’est là que j’en arrive à mon dernier point, les gens ! I need you ! J’ai deux rêves dans la vie (En vrai j’en ai plein d’autres mais on va simplifier un peu, hein.), avoir un jardin féérique et faire un chouette jeu vidéo. Mais avec des revenus qui stagnent et le prix de la vie qui ne cesse d’augmenter j’ai besoin de plus de moula que je n’en ai actuellement pour avancer là dessus et mettre un peu de beurre dans les épinards.J’ai réalisé quelques séries de commissions ces derniers temps et pour moi qui avait un peu de mal à estimer justement la valeur de mon boulot et à produire efficacement des dessins tradi, l’expérience s’est avéré finalement plutôt satisfaisante et les gens qui m’ont commandé des patouilles ont semble-t-il été très contents.
Si obtenir une création originale A4 couleur à l’aquarelle fristouillé avec amour par mes soins est une idée qui vous séduit, je vous encourage donc à me contacter ici, ne soyez pas timides:

Les tarifs que je propose oscillent entre 210 et 410 euros tout compris en fonction de ce que vous me demanderez. 210 euros pour un perso en pied avec un fond plus ou moins suggéré, 410 pour une compo plus complexe ou farfelue. les exemples suivants devraient vous permettre d’y voir un peu plus clair.
Je DETESTE vendre ma soupe de la sorte, j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur, mais voilà, les temps comme les oeufs sont durs et il faut bien tenter de multiplier les sources de revenus, ma bonne dame.

Alors zou, déballage de commissions:

Voili voilou les gens, on se retrouve l’année prochaine, prenez soin de vous et n’oubliez pas de voter aux législatives !

Incoming !

juin 5th, 2021

Bien le bonjour les gens ! Je ne peux pas y couper, c’est effectivement les 10 ans de ce blog étrange et j’en vois au moins 3 qui sont au rendez-vous 🙂 ça fait plaisir ! (Ne m’en veuillez pas pour la petite journée de retard, je suis désolé j’ai toujours été naze pour les célébrations à date fixe, c’est très certainement génétique. Si,si, je suis sûr que ça existe.) Alors je ne vous ai rien fait de RADICALEMENT différent des années précédentes, soyons francs, mais j’ai tâché encore une fois de vous fourrer entre les mirettes un max de patouilles éxécutées avec amour par votre serviteur. Pour marquer le coup j’ai tout de même poussé les potards niveau gif et petits strips intercalés dans les trous, histoire de dire, et je crois pouvoir affirmer que c’est la note la plus fat depuis le début de ce blog (à vue de pif, hein, je crois que celle de 2014 était bien grassouillette aussi.)

Je crois pouvoir affirmer sans trop prendre de risques qu’on aura tous eu plus ou moins une bonne année de merde avec ce nardinamouk de sars-cov 2. J’espère que de votre côté il n’y aura pas eu trop de dégâts ! (Bon en même temps, je ne vous connais ni d’Eve ni d’Adam, mais vous avez tous été si aimables avec moi depuis le début de ce truc que je m’en soucie tout de même quelque peu, et puis c’est histoire d’être poli, quoi…) De notre côté, avec Melaka, on a ramé comme des bêtes avec toute notre fidèle équipe pour faire tourner Mazette, notre webzine satirique fait maison. Et avec la marmaille à domicile une bonne moitié du temps et un album d’Aquablue à finir, croyez-moi que ça n’a pas tous les jours été une partie de plaisir. Je dois bien avouer qu’on galère toujours (comme les crevards de gauchistes chevelus que nous sommes) pour trouver le bon équilibre afin de maintenir le bazar à flot. Il faut croire que n’est pas startupeur disruptif qui veut.

Fort heureusement, on a le soutien d’une chouette équipe d’une cinquantaine d’auteurs et autrices de talent et nous avons eu la chance de tomber sur un charitable bienfaiteur, Clément guérin, développeur web de son état qui nous a donné un énorme coup de pouce pour refondre entièrement le site l’année passée.

Grâce lui soit rendu. Aujourd’hui on a beau site fonctionnel sur tous les supports et sécurisé comme il se doit.

(Vous pouvez cliquer sur l’image pour accéder au site et passer un bon moment avec tous nos contenus gratos. Allons-y, on y va, on y va, y’a pas de perdants !)

Aaaah, on est tout de même fier de ce que l’on a accomplit jusque là. Je vous accorde, on n’est pas Charlie ou Hara-kiri, mais on fait ce qu’on peut et ça a du sens, aujourd’hui, dans cette époque troublée qui voit la montée d’un ultra-libéralisme débridé et la vigueur retrouvée des fascistes de tout poil, de se moquer joyeusement de tout ce merdier a grands coups de dessins. Certes, on est encore bien modeste et candide, mais au moins, on est libre, en accord avec nous-même et bien content de pouvoir publier des gens qu’on apprécie.

« Islamo-gauchiste résistant vaillamment à la montée irrépressible de l’ulta-libéralisme et de l’autoritarisme . Allégorie. » (En vrai c’était un cadeau pour l’anniv de ma fille, gros succés sur touitteur, dis-donc.)

Bref, n’hésitez pas à nous découvrir, on a besoin de vos abonnements ! On va prochainement relancer une campagne de financement sur Ulule, donc si vous appréciez notre boulot et que vous voulez me faire plaisir parce que vous me kiffez, suivez-nous sur les réseaux sociaux: sur twitter et facebook. (Je ne supporte pas de faire mon youtubé vendeur de patates mais là on a vraiment besoin de pub si on veut survivre dans cette jungle impitoyable.)

Pour terminer au sujet de Mazette, je vais maintenant me permettre de vous ressortir les couvertures que j’ai fristouillé cette année ( déso pour le réchauffé, les abonnés !) C’est un exercice qui m’éclate. Depuis le départ je veux faire quelque chose de radicalement différent de ce que l’on peut voir habituellement dans la presse satirique. Trouver un compromis entre satire, humour noir et illustrations croquignolettes avec une bonne pincée de pop culture. C’est loin d’être poilant ou mordant comme les meilleures une du genre, mais c’est un terrain de jeu que je suis ravi de pouvoir expérimenter, parfois je me sens un peu illégitime à cet exercice, mais c’est motivant et j’espère qu’avec ces patouilles, on apportera notre petite pierre à l’édifice.

Et en top exclu mondiale, mesdames et messieurs, devant vos yeux ébahis, la couv du prochain numéro, qui sortira le 7 juin. aAh je me paye pas votre tronche, hein ! ( je l’ai faite à la patouille tradi, j’avais sorti mes aquarelles pour une série de dédicaces, je vous en recause un peu plus bas.)

Voili voilou. Maintenant causons Aquablue. Et qu’est-ce qui se passe t-y sur Aquablue ? Hé béééé ma foi il se passe que j’ai ENFIN fini ce àbgebundeni bluetwurscht d’album ! Ce fut long et laborieux, car les temps comme les oeufs sont durs, mais après avoir sué sang et larmes et même réussi à déprimer un assistant, (David DBA, si tu me lis, je suis désolé, mec, tu es une victime collatérale !) j’ai enfin bouclé ce dernier album du cycle « Retour aux sources » entamé chez Delcourt il y a 10 ans (!!) avec Régis Hautière au scénario.

Ca a été extra de bosser sur cette série que j’ai adoré ado. D’avoir l’occasion de reprendre toutes ces composantes à ma sauce. D’y intégrer ce que j’appellerai fort peu modestement ma « blockbuster’s touch » mais je me suis aussi heurté à de sacrés difficultés en me frottant à c’t’affaire. Mon style réaliste-ultra-léché-3000 peut-être sympa sur une illus un peu chiadée, mais tenir une série avec ce niveau de traitement, c’est non seulement temporellement et financièrement intenable mais ça peut aussi parfois être artistiquement contre-productif. (oh j’en ai bien conscience, croyez-moi !)

« Nao, les yeux perdus vers la ligne bleue des Vosges, se disait que son poitrail puissant était quand même un peu trop lisse et que l’opération de torsion effectuée honteusement sur son médaillon sacré était tout de même un petit peu cheap. »

Bon, ceci étant dit, faut pas déconner, merde, je suis quand même content du résultat, mais pour mes prochains albums, je risque fort de changer radicalement de registre graphique.

Ah, je ne vous montre que des petits bouts, hein, je m’en voudrais de vous spoiler, tout de même, ça serait dommage.

« Moooooh, fait l’Uruk-uru. »

Et last but not least, la coucouv, donc.

« Yeah baby, come get some ! »

Ca sortira donc en novembre aux éditions Delcourt, je n’ai pas encore de date plus préçise, mais ça s’appellera « La nuit de la miséricorde ».
C’est le dernier tome qui conclut ce cycle et j’espère qu’il vous plaira ! Pour la suite de la série Aquablue en tant que telle, je ne sais pas encore ce qu’il en est, il est possible que j’y revienne mais ça impliquera de gros changements. Et de toute manière je vais désormais m’atteler à un nouveau projet de bd avec El Diablo au Lombard, je vous en avais causé l’année passée et il me tarde de m’y mettre sérieusement.

Pour clore ce chapitre Aquablue, je vous propose maintenant une petite série de dédicaces « in house » qui m’ont été commissionné par de sympathiques collectionneurs belges. Ca m’a fait tout drôle de ressortir mes vieilles aquarelles mais ce fut une belle manière de conclure ce cycle en revisitant sur papier quelques personnages. ( Bon en vrai j’en ai chié ma race de plus avoir ma touche undo et mon outil de sélection, j’avoue.)

Certaines sont sur feuille, d’autres sur album comprises dans un petit a4 ( avec ce Sürkrütbrauj de papier couché, ignoble pour faire de la patouille.) Moi qui ne pratique quasiment plus que du numérique depuis presque une vingtaine d’année, je me suis retrouvé complètement dépourvu quand il s’est agit de numériser ces originaux. Pour le coup j’y suis allé à l’iphone vieillot de Mel mais ça a été un peu l’enfer à récupérer, toutes les petites subtilités de l’aquarelle ayant cramées dans le process.

Aah, j’dis pas,c’est pas du Marini, hein, je suis encore un peu timide et c’est un poil coincé du fion, mais ça revient doucement.

La, sur le coup, on va pas se mentir comme qui dirait, mais j’aurai tout donné pour un petit outil sélection…

Seeeeexy motheeerfucker.

Bref, c’était tout de même trèèès plaisant de ressortir le matos, de refoutre de la couleur partout et de repatouiller dans la joie et la tactilité. Rien à voir, sinon, mais je serai très curieux de savoir, si tant est que vous puissiez être intéressé et que la crise vous ai épargné, combien de soussous seriez-vous prêt à mettre dans un de ces fristouillis ? Ca me ferait bien plaisir si vous pouviez prendre le temps de me dire ça. Histoire de voir s’il n’y a pas moyen de mettre un peu de beurre dans les épinards à l’avenir.

Bon, les gens, je vous aime beaucoup mais il commence à se faire bien tard, on va donc passer à la dernière partie de cette note-anniversaire, et quoi de mieux pour conclure que de causer un peu -JEU z’et PISCEL-. AhAh. Now we’re talking.
Depuis mes dernières notes j’ai fait des progrés faramineux dans le domaine.(eu égard à ou j’en étais) J’ai toujours autant de machins avortés, en étude ou mis au placard mais AU MOINS, grâce au coup de pied au cul Mazette je peux me targuer d’avoir FINI quelques projets. C’est peut-être peu de choses pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

popotager, que vous pourrez retrouver dans le prochain mazette ( oui c’est un honteux ripoff de triple town, mais y’as des POUPOULES !)

ET DES MOUTONS. ET DES PETITS ARBRES MIGNONS. (ouais c’est pas super satirique, OK, mais j’en avais un peu marre d’animer des crs.)

Alors, entendons-nous bien, je n’ai pas (encore) refait Civilization, hein ! Je suis toujours aussi naze en code et j’ai l’impression de ne commencer à maitriser que 1% d’Unity. La contrainte un peu fofolle de faire des jeux en moins de deux mois étant tout de même assez coton, je n’ai toujours pas fait de jeu qui réponde à mes ambitions fantasmées mais TOUT DE MEME, y’a des trucs qui commencent à rentrer doucement et j’ai pondu des jeux qui même si archi modestes ont au moins le mérite d’exister, de fonctionner ( ouais je sais on a encore des soucis avec les portables, mais ça vient du webgl et je ne sais pas encore comment faire autrement!) et d’être vaguement amusants voire parfois un peu cools. Et autant ça a un effet hyper grisant, autant c’est terrible, car à chaque nouvel apprentissage, de nouvelles idées et envies me viennent, qui parasitent sans cesse une concentration déjà bien malmenée.

Evidemment, c’est beaucoup de reskin d’assets glanés sur l’unity store, mais pas que ! Je tâche d’ajouter des ptits trucs à droite à gauche et de patouiller tout ça avec amour. J’ai pu concrétiser aussi des projets grâce à l’aide providentielle de codeurs bienveillants.( Marc, spécial cassedédi, Oleg, représente ! Florent, faut qu’on se chope !) Mais bon sang de bonsoir ce que la courbe d’apprentissage est raide quand j’essaye de faire les choses tout seul avec mes doigts boudinés et mon cerveau purement instinctif pas du tout foutu pour ce genre d’exercices.

Et je peux vous dire que c’est pas tous les jours faciles !

Bref, pardon mais je vais vous coller la suite en mode tutti-frutti, j’ai le cerveau qui dégouline littéralement. Des recherches de graphismes, des expérimentations et quelques roughs de concepts farfelus.

Les graphismes que j’avais fait pour anthropocène 2048, un reskin de 2048, donc. Je le remontre car j’utilise ici une méthode et un style kitshy-léché-pixelartHD3000 que j’aimerai beaucoup réutiliser dans un projet un peu plus ambitieux.

Gros rough qui tâche, là. Super Marie World. Un jeu de plate-forme avec une héroine en chaise roulante qui lutte contre le réchauffement climatique en combattant des plantes mutantes et des milices fascistes. Sur le coup ça me paraissait très rigolo. Elle a une grosse poule, aussi.

C’est foutraque, mais j’expérimente beaucoup dans ce sens là, de la 3d avec des caméras fixes, des textures projetées et du cell shading (rendu avec cerné) pour essayer d’obtenir un bon mix entre l’esthétique et la lisibilité de la 2d et la souplesse de la 3d. (on est bien d’accord que ça n’est pas avec ça que je vais faire trembler les créateurs d’Horizon zero dawn, mais je trouve ça très prometteur comme technique cheap.)


Y’a pas un codeur dans la salle qui voudrait refaire un genre de mega-lo-mania, non ? allez, c’est quoi ? Deux ans de boulot pas payés ? Pfffrrt, une broutille. (Ouais parce que pour le coup, ce genre de concept c’est totalement hors de ma ligue…)

Ouais, y’a encore du boulot pour y arriver !
Mais je m’accroche malgré tout, et là, je vais ENFIN avoir un peu plus de temps pour bosser sur mon ptit pref que je bichonne comme une tour eiffel en allumettes à coup de shnipis sensuels.

Et je crois que nous allons en rester là pour l’instant, je crois que je me suis pas trop foutu de vous, j’avais encore des super gags extrèmement drôles en tête, impliquant le préfet Lallement, Gérald Darmanin et des tiques géantes mais là j’en peux plus 🙂 sorry !

Bref, si vous voulez me filer un petit coup boost et nous faire beaucoup du plaisir, abonnez-vous à Mazette !, prenez soin de vous et des autres et allez voter !

Bisous les gens ! A l’année prochaine.

Ca viende !

juin 5th, 2020

Bon sang de bonsoir, déjà une année de passée, et quelle année mes aïeux ! Des mouvements sociaux sans précédents, un magazine à monter, une bd à finir et pour finir une pandémie mondiale. on ne s’est pas foutu de notre gueule, nom de d’là !

Pour les abonnés qui passeraient par là, désolé pour le réchauffé ! Mais je voulais profiter de l’occasion de cette note pour marquer un peu le coup et faire un petit bilan graphique de cette presque année de parution. Une expérience inédite et éprouvante mais ô combien moralement gratifiante.

Alors pour votre bon plaisir, messieurs dames, et pour tenter modestement de vous divertir en ces temps troublés, laissez-moi vous exposer les travaux que j’ai eu l’occasion d’exécuter depuis ma dernière note.
Ca risque fort d’être assez chaotique, vu l’heure qu’il est. Mais j’aime à croire que c’est un peu la marque de fabrique de ce rendez-vous annuel… Qui me donne toujours cette idiote mais angoissante impression d’éternellement repasser le diplôme des arts déco.

Pour commencer on va remonter quelques temps en arrière. A cette époque avec Mel on avait une petite idée derrière la tête, (avant de se décider à finalement créer une descendance au psikopat !) Sans arriver à bien mettre le doigt dessus on voulait monter une bd pour causer collapsologie/survivalisme et tous ces trucs de rastas blancs crasseux. Un genre de walking dead mais avec des séquences « tuto carottes » rigolotes.

Le truc est resté gentiment en stand by, comme tout bon projet procrastiné qui se respecte, mais là-dessus est arrivée la ressortie de tchô!, qui m’a donné envie de tenter une adaptation plus orienté jeunesse de ce concept là. Un genre de… Valérian et Laureline mixé à du manuel des castors juniors. Pardon. Je sais pas le dire autrement.

Bon, à la revoyure, c’était quand même bien cul-cul la praloche, le machin. Y’avait peut-être de l’idée mais copie à revoir, et puis le principe est déjà presque ringardisé…

Je m’en suis donc retourné sur Aquablue, plein d’usage et raison, mais le Psikopat, après 30 années de bons et loyaux service a finalement passé l’arme à gauche et on s’est lancé avec fougue (et un poil d’inconscience!) dans la création de Mazette avec Mel, histoire de ne pas laisser tomber tous ces auteurs orphelins tout en se donnant un coup de pied au cul et faire quelque chose de ce bouillonnement d’idées que l’actualité ne manque pas de provoquer chez nous. La bonne idée que voilà ! Alors autant Mélanie, qui était tombé dans la marmite du dessin de presse étant petite, avait une vision assez claire de ce que nous allions faire, autant de mon côté je ne m’étais jamais vraiment frotté aux dessins d’actu et au dessin satirique en général. Du coup, plutôt que de me mettre à faire du mauvais dessin de presse, j’ai voulu apporter quelque chose d’un peu inédit dans ce style de publication en allant piocher du côté de la presse satirique anglo-saxonne avec laquelle je suis graphiquement plus en phase. Intégrer mes illus léchées de besogneux illustrateur bien sage, je me suis dit que ça pourrait emmener un peu de fraicheur et un décalage bienvenu dans ce registre. Plutôt MAD que Reiser, en gros. ( Pas que je ne vénère pas Reiser, hein, mais c’est pas vraiment mon école, dirons-nous.)

C’est vraiment une respiration par rapport à mes boulots plus classiques. Mais aussi des contraintes nouvelles ou il s’agit de pas trop niaiser et surtout de terminer tout ça en temps et en heure… (ou après Mélanie sinon elle me fait les gros yeux. Et elles ne me tricotent plus de pulls. Et après j’ai froid.)

( oui je sais, c’est petiot, là, mais vous vous pouvez toujours découvrir le machin en vrai et en hd à cette adresse, le numéro un est en accés libre.)

Ca fait des années que je vous tanne avec mes envies de faire des jeux. Contre toute attente, c’est encore Mazette qui m’a fourni le prétexte et le support pour tenter d’aboutir un peu plus mes lubriques intentions ludico-pixellisées. J’dis pas, on est encore loin de mes ambitions initiales,on est plutôt sur des trucs fait avec beaucoup d’amateurisme mais j’en profite pour apprendre sur le tas et encore une fois, ce rythme de parution mensuelle me force à couper court à mes atermoiements et à foncer pour pondre un truc jouable et à peu près intéressant 🙂 C’est beaucoup de bricolage, beaucoup d’amour, beaucoup de mises à jour d’Unity et surtout beaucoup de stress, de larmes et de sang. Mais au final, le -jeu- en vaut la chandelle.

Unity, vu PAR un artiste.

Je ne vais pas pouvoir vous poster tous les essais, recherches et autres zigouigouis, ça serait vraiment trop laborieux, mais voilà une petite sélection de quelques concepts qui, pour des raisons diverses et variés telles que « c’est vraiment une idée de merde » et autres « Je ne comprends foutrement rien à ce foutu logiciel de mes deux » n’ont pas franchi la ligne d’arrivée. Ne cherchez pas de logique pour lier tout ça, il n’y en a pas. Ou alors si mais uniquement dans mon cerveau malade.

C’est con, celui-là était pratiquement fini. Un genre de p’tit Rogue-like sur cartes avec des zadistes, des flics et des grenouilles… Mais une erreur de compilation extrêmement frustrante échappant totalement à mon niveau de compréhension a stoppé net et rendu caduques tous mes efforts…

Quelques extraits d’un mini jeu d’aventure réalisé avec Tarsi de Much politik. C’était très rigolu à faire. Mon seul regret, de pas avoir pu pousser le concept un peu plus loin. Mais on y reviendra.

Alors autant en matière de dessin, je suis quand même un peu dans mes chaussons, autant sur Unity j’ai l’impression de naviguer en terra incognita. Je ne suis pas codeur et quelque chose me dit que je le serai jamais mais je peux pas m’empêcher d’ambitionner dans ce domaine. Apprenant et répétant tel un ado rageur des accords basiques sur une guitare sèche.

C’est pas gagné. Mais on avance.


Sur le front d’Aquablue, cette année, promis, c’est la bonne ! Vous l’aurez compris, l’actu a été riche en rebondissements et j’ai un peu trop délaissé ce pauvre Nao qui n’en demandait pas tant.Toutes mes excuses aux lecteurs fidèles qui passeraient par là. Mais Après bien des tourments, j’ai fini par prendre la décision de m’entourer d’un compère pour m’épauler et alléger mon fardeau.

C’est le brave David Bou Aziz qui a désormais la pénible mais -gratifiante?- responsabilité de m’assister dans l’élaboration des 64 pages de ce dernier tome d’un cycle entamé il y a maintenant presque 10 ans (la vache, déjà ???) avec Régis Hautière au scénario. Fallait bien ça pour faire avancer le bouzin. Façon finish de marathon.Bref on va y arriver et ça va être ben ben cool. Gna.

Last but not least, je voudrais vous teaser un peu avec mon prochain projet post Aquablue, qui s’est mis en place concrètement pendant le confinement. C’est le pimpant El Diablo ( les Lascars, Monkey Bizness, Wesh Caribou…) qui m’a fait l’honneur de me proposer un one shot dans un style western urbain, tout frais signé chez un gros éditeur. Le genre de chose qu’on ne peut pas refuser même si ça n’est ABSOLUMENT pas ma zone de confort. Je vous présente quelques très très early work in progress, qui seront sûrement amenés à évoluer dans les deux ans qui viennent. Mais ça va être le fun de partir sur un style qui est une évolution de ce que je pouvais éventuellement faire à l’époque sur Womoks. Wesh. J’espère que ça vous plaira, c’est fait avec amour <3

Voili voilou, prenez soin de vous et des autres, les gens, que le vent vous porte et à l’année prochaine pour de nouvelles aventures !
Et abonnez-vous à Mazette, c’est bien, c’est pas cher et y’a plein de trucs chouettes dedans.

OUIiii, ouiii, je ne suis pas fier, 3 ans sans rien poster, ça sent un peu l’arnaque, j’en conviens.( Pour les acharnés qui ont persisté à venir jeter un coup d’oeil ici malgré tout, je dis bravo.) Idem pour Aquablue, je commence à accumuler les années de production pour le dernier tome et ça craint du boudin ! Mais que voulez-vous ma bonne dame, la vie est pleine de surprises et ces 3 dernières années n’en ont pas manqué. Des projets se sont enchainés, des prises de conscience ont pointé le bout de leur nez dans nos vies et les années ont filé sans que l’on s’en aperçoive. ( si si si, c’est pas une excuse moisie.)

Encore une fois je vais devoir vous monter un gros kouglof de patouilles, le temps me manque pour détailler comme je le souhaiterai tous mes petits projets mais vous devriez, je l’espère, y trouver votre compte si vous aviez apprécié les précédentes louchées de piscel de ce blog. J’aurai également voulu vous saouler en vous parlant politique et permaculture mais rassurez-vous, je vais laisser cela à Mélanie qui le fait bien mieux que moi.

Tous ceux qui la suivent savent d’ailleurs comment nous nous sommes investis dans la campagne de la France insoumise en 2017. Comme on est dans le grand déballage de printemps, j’en profite pour recaser ici un lien vers la petite bd que nous avions faite pour présenter de manière très vulgarisée le programme « l’avenir en commun » que l’on persiste à trouver formidable aujourd’hui.( même après la raclée qu’on s’est prise aux dernières élections européennes.) Je ne sais pas trop ou va aller la gauche désormais, mais je suis sur d’une chose, c’est qu’on file un sacré mauvais coton en ce moment…

J’ai dit que je ne parlais pas de politique, après je vais encore m’énerver. Passons à des choses plus frivoles: Passons sur mes pitits projets persos-que-un-jour-oooh-oui-un-jour je finirai, à n’en point douter.

Mes petits tanks, mes petits gugusses et mes petits villages 3d tout de chatoyants gros pixel vêtus, vous vous rappelez ? Je n’ai toujours rien de bien spectaculaire mais je continue de chercher le bon compromis lisibilité/chatoyance/nostalgie et de bidouiller avec unity.

Je cherche à obtenir un look 16 bits sur de la 3d temps réel et j’hésite encore sur la résolution à adopter. Du coup j’expérimente, j’expérimente et je me dis qu’au pire,si je n’arrive pas à boucler le bazar, je pourrai toujours essayer d’ouvrir une petite boutique de modèles 3d/2d sur l’asset store de Unity. A vouère.

Et dans le même registre, mais en 2d, avé le piscel bien léché qui fait plaisir:

Un test pour bidouiller avec la palette de 16 couleurs de la « gamebuino« . C’est foufou ce qu’on peut faire avec 16 pixel et 16 couleurs,certains vont sûrement trouver tout cela bien fruste mais moi je trouve fascinant ce mélange de nostalgie, de geekitude et d’expérimentation artistique. Plus la contrainte est grande plus la créativité peut s’exprimer, et cet adage colle parfaitement au pixel art.

(Et en plus ça détend après un dessin un peu prise de tête…)

Sinon j’ai eu l’opportunité l’année passée d’enfin concrétiser (modestement !) mon souhait d’aboutir un projet vidéoludique. J’ai collaboré avec « the 8 bit guy« , un youtubeur ricain qui tient un channel très trrrrès geek mais que j’ai beaucoup de plaisir à suivre le soir en bossant. Il s’est lancé dans le projet un peu maso et infiniment nerd de faire un jeu pour ms-dos et pour des machines fonctionnant à 4,77 mhz. ( autrement dit: votre grille-pain a une plus grande puissance de calcul.) Créer de nouveaux jeux pour de vieilles machines, c’est un truc qui se fait beaucoup depuis pas mal d’années, mais rares sont les tentatives sur des machines aussi peu sexy que des pc-xt de 1981. alors vous allez me dire mais pourquoi se faire chier à refaire des trucs aussi moches ?? Ma foi… par goût de l’exercice de style, par nostalgie. Se creuser un peu pour tirer le maximum de 4 moches couleurs sur une trame grossière et en faire quelque chose de chic. Aussi lisible et chatoyant que possible dans la limite du maigre stock de kilobytes disponibles. Et puis le plaisir un peu uchronique de faire un jeu comme on aurait adoré en voir un en 88. Un genre de voyage dans le temps informatique. ( désolé pour ceux que ça ne passionnent pas, vous pouvez directement passer aux illus qui suivent. )

Si vous voulez plus de détails sur le machin, le gusse a fait une série de vidéos sur la fabrication du jeu : . ( C’est du hardcore geek porn, hein, pour public averti.)

Les premiers essais, pour me confronter aux palettes limitées :

Et la version VGA 256 couleurs :

Et on a bossé pour faire une jolie boiboite à l’ancienne, avé le manuel et tout et tout. ( y’a même une k7 avec la bande-son MT-32, for connaisseurs only.)

Et la version def:

Une intro était prévue mais il a du la virer des versions disquettes, pas assez de place…

In glorious CGA 4 colors graphics :

Et en VGA:

Laissons le piscel derrière nous, j’aurai bien des choses encore à ajouter mais je vois que le jour se putain de lève. Diantrefuck.

Tiens je ne vous montre jamais mes illus plus  » classiques  » pour science et vie junior et autres publications. Allons-y gaiement, j’en ai deux trois sous la main.

Allez hop hop hop, pas que ça à faire, moi, j’ai un cycle de SF à finir, un jardin à permaculter et des poules à poulailler et désormais un magazine à lancer.

Pour ceux que ça intéresse et qui ne l’avaient pas vu passer, j’avais publié sur youtube à la sortie du précédent tome d’Aquablue une capture accélérée de création de case. Par ici.

Avec Mélanie, on lance un magazine numérique, toutes les infos par là —>

Je dois vraiment me tailler ou je vais me changer en citrouille, je vous confie à ma fille Maya, 12 ans qui va vous faire un petit dessin.Il est intitulé  » Moustache et Vanille « .

Merci d’être passé, les gens !

Pouak !

juin 5th, 2017

Bon, les cocos, je ne vous cache pas que vous êtes passé à un quart de mili-poil du dessin nanafout-j’ai-pô-le-temps.Mais 5 ans, quoi, c’eût été un shouilla la loose de ne pas poster quelque chose de consistant.Je m’exécute donc, dans la joie, l’allégresse et pour l’amour de mes lecteurs. ( mais toujours dans le foutoir, on ne se refait pas.)
En plus de mon tome d’Aquablue annuel, on a en effet eu la riche idée de s’acheter une barraque à la cambrousse, et comme je ne fais jamais les choses à moitié, la petite retape prévue s’est vite transformée en terra-formage titanesque.Très bon pour le moral mais moyen moyen pour le business…

Dans l’idéal, parce que pour l’instant on est plus sur du Tchernobyl avec une pincée de New Vegas. Maaaaais, à force de sueur et de sang versée, on va y arriver et ça sera la plus belle maison du monde de l’univers (de notre hameau.)

Du coup, je vous aurais bien causé de notre nouvelle passion pour les murets de pierre sèche, notre candide découverte des merveilles de la permaculture et autres joyeusetés mais voilà, avec toutes ces bêtises, ben y’a plus le temps. Du coup je vous renvoie vers le blog de ma chérite qui en détaille quelques aspects, pour celles et ceux que ça intéresse.
– youpi la cambrousse –


Et c’est là qu’on se retrouve dans la même situation que chaque année. A savoir soit je ne poste rien, faute de temps pour préparer, détailler mon boulot. Soit on se la joue gros splurtchage de pixel à la mode barbare, vous prenez, vous prenez pas, c’est buffet campagnard.
Comme je commence un peu à vous connaitre, on va opter raisonnablement pour le deuxième choix ou je risque de me retrouver face à un mécontentement tel qu’il ferait passer les mouvements sociaux de ces derniers mois pour de guillerettes petites sorties familiales.

On y va, c’est parti, du gratouillis de disque dur, c’est random, c’est festif, c’est pour vous.

On démarre sur un projet bd avec un scénariste dont je tairais le nom, histoire de garder un peu de mystère, que je traine depuis un moment et que je n’arrive pas à concrétiser, faute de temps et faute d’avoir su trouver le juste compromis graphique.( l’approche bouge d’un rough à l’autre, je cherche, je cherche !) Là j’ai encore le cul entre 3 chaises et ça ne me convient pas. Autant, sur Aquablue j’assume complètement mon choix d’un style précis, détaillé et très réaliste, autant j’aimerai trouver pour un tel projet alternatif, une autre voie, qui ne soit pas aussi poussée sans pour autant retomber sur du semi-réaliste cartoon comme il en existe déjà tant. ( j’ai rien contre, hein, houlaaaa, mais voilà, j’aimerai trouver autre chose. ) Bref, à laisser murir pour l’instant.

Ce blog est-il pertinent ? Good question. En dehors du fait qu’il me permet de me prendre ma petite rasade de compliments histoire de repartir du bon pied sur mon taff le reste de l’année ( vous n’imaginez pas comme ça fait un bien fou ! Merci !) il m’a tout de même permis d’obtenir, contre toute attente et malgré le peu de professionnalisme dont je fais preuve dans l’agencement chaotique de mes rogatons de projets, quelques contacts intéressants niveau boulot ( ça va, merci, je suis bien loti de ce côté là, mais je suis toujours preneur d’expériences exotiques. )

Comme ce petit jeu indé hero-quest-like dont j’ai fristouillé l’image d’ouverture. Du gros gros classique archi vu et revu mais qui fait bien plaisir.

-le twitter de Tabletop Pixel, dont c’est le projet.-

C’est du work in progress. Chaque plan de l’image étant séparé histoire de pouvoir bricoler un petit effet parallaxe michto.

Puisqu’on est passé dans le jeu, restons-y. Je vous propose une tite splurtchée de divers projets/essais/mockups/tests de ces deux dernières années.

Ca c’était juste parce que je trouvais le dernier  » Heroes of might and magic  » super pas lisible. Là c’est encore momoche et pas vraiment sexy, mais avec un sol et un background peint à la main ça pourrait être très mignon…
Tiens, on voit toujours des stylisations typées « anime » « disneyenne » ou « pixarienne » dans les prods videoludiques.
Et le franco-belge, alors, quoi ,zut ? Du sprite franco-belge, je tiens un truc !

Ca fait un moment que je lorgne sur Unity et petit à petit je prends mes marques, j’apprends à maitriser le bazar, on n’a jamais fait aussi simple et puissant que cet outil pour bricoler des jeux videos mais quand, comme moi, on est une quiche en code toujours en charette, ça demande du dévouement mais je jeu (ohoho) en vaut la chandelle.

J’ai récupéré quelques chouettes frameworks pour monter des jeux simples et il me tarde d’avoir le temps de me pencher sérieusement sur la question. Mes ambitions sont bien modestes mais arriver à terminer un petit projet comme un tower defense à ma sauce m’apporterait la plus grande des satisfactions.

Du coup, en attendant, quand j’en ai soupé d’Aquablue, je me prends une soirée pour réfléchir et imaginer ce que j’aurai envie de monter. On est évidemment bien loin des graphismes spectaculaires d’un gros blockbuster fourré aux shaders mais par nécessité et par goût, je lorgne de plus en plus vers un rendu très soft et coloré. Une chiée de titres indépendants regorgent de ce types de graphisme mais voilà, j’ai envie de trouver ma patte dans ce registre. Du coloré/lisible/grand public mais fait avec amour et dévouement. A l’ancienne. Avé le petit piscel qui va bien.

Plus ça va, plus je me dirige vers un rendu low poly avec des textures en pixel art. Parce que c’est TELLEMENT CUTE !!

Pour terminer ce petit déballage bordélique, quelques infos concrètes sur Aquablue. Le tome 16 sortira en fin d’année et il y aura une prépublication dans Lanfeust Mag dès cet été si je ne dis pas de bêtises. Je ne peux malheureusement pas en montrer beaucoup pour l’instant sans risquer d’en déflorer l’intrigue. Je vous glisse donc la première case et les propositions de couvertures. Enjoy !

Voili voilou les amis, ça sera tout pour cette fois, j’aurais voulu faire tellement plus ( être plus didactique, ça serait tellement chic ! ) mais je crois qu’il y a déjà là de quoi vous sustenter. Je vous laisse, le devoir m’appelle ! Bisous et à l’année prochaine !



RhaaAAAAaaAAAAaaa. BON ALLEZ, techniquement j’ai mis à jour le 5 juin, non ? J’AVAIS PERDU MES CODES ! ( quelle idée de faire une note par an, aussi, j’ai changé 3 fois d’ordi depuis ! ) ET Adobe première fait rien qu’a m’embêter ET mon rôti était brûlé Et la neige était trop molle !

Et vous allez me dire, bon mais d’accord, mais c’est quoi ce bordel sans queue ni tête ?
Ce à quoi je vous répondrai que si vous vous obstinez à trainer par ici, c’est que les machins sans queue ni tête ne vous effraient guère !

Je ne vous avais pas oublié mes petits pioupious, pensez-vous ! Il me manquait juste un prétexte pour remplir d’un contenu un tant soit peu original un blog qui n’en a que le nom. Et c’est le petit Noë, auteur avec ses joyeux comparses du sépiablog qui m’en a donné l’occasion en me forç… en me proposant de leur bricoler une gribouille ( complètement et assurément gratuite et prétextatoire ) sur leur scénar à l’occasion de leur cinquantième note. L’occasion pour moi de me replonger le temps d’une note dans l’ambiance heroic-fantasy doucereuse de mes après-midis d’ado triturant de pauvres figurines d’Ad&d qui n’avaient rien demandé à personne tout en redessinant ma fiche de personnage pour la cinquième fois.
Du coup, comme je suis un garçon pragmatique qui ne recule devant aucune bassesses pour rentabiliser son précieux temps, j’ai fait d’une pierre plein de coups en vous pondant à la fois une pitite gribouille pixellue inédite, en leur torchant leur putain de note de mes deux et en filmant le tout pour refaire un petit time lapse de toute la réalisation du bazar ( Oui bon, là, c’est en cours de montage mais je vous l’ajoute dès que c’est pondu ! Si sis vraiment, pas l’année prochaine ! )

Gna.

Bon et puis je vois qu’il y en a encore qui traine par là, bougez pas, je reviens avec deux trois trucs faits cette année. Oui ben hé, il faut être lucide, c’est plus un blog, c’est un book mis à jour annuellement !

Alors cette année, en dehors de mes activités dans les eaux lointaines d’Aquablue ( le tome 14, illustré par votre serviteur et scénarisé par Régis Hautière est toujours disponible dans toutes les bonnes librairies et chez ce satan d’amazon, courrez vite y dépenser vos derniers euros avant que l’armée sino-soviétique n’abatte son joug sur les capitale du monde libre ! Ou le contraire, je ne sais plus… ) en dehors d’Aquablue disais-je donc, je me suis laissé aller à une compromission au grand capital en bossant pour la pub. C’est la crise ma bonne dame, et la bd, mes amis, c’est bien joli mais ça nourrit de moins en moins son bonhomme.
Et ce qui est amusant, quand on bosse pour la pub, c’est qu’on a beau avoir toute l’expérience du monde en matière de boulots tordus et autres commissions exotiques,même avec les plus grosses structures, on arrive toujours à être surpris. Ces gens là ne parlent pas le même langage que nous. Déjà que nous autres, artistes, ne sommes pas bien simples à saisir… je ne vous cache pas que la rencontre des deux spécimens est toujours assez cocasse.

Du coup avant de se comprendre et de s’aligner sur ce que sera le projet, on passe par tout un tas de phases , de l’euphorie créatrice des premiers jours, les yeux encore brillants à l’idée de l’affriolante cagnotte promise, au désespoir le plus profond ,quand le CLIENT décide que finalement non-en-fait-si-c’est-top-moumoute-coco-mais-non-mais-un-peu-mais-pas-vraiment-mais-en-fait-faut-tout-refaire, le tout sous les assauts nocturnes incessants de sms cryptiques.
Alors comme d’hab, je vous livre un peu tout ça en vrac pour le bon plaisir de ceux que ça pourrait éventuellement intéresser,et je vous laisse faire vos petites affaires.



Ma proposition initiale, ahahaha, j’en ris maintenant… loiiiiin loin, encore si loin du résultat final approuvé.




Là on y est, aaaaaah ben oui c’est un shouilla moins personnel…Mais bon sang de bonsoir, insuffler de la personnalité dans un projet digéré, régurgité et redigéré, les cocos, c’est pas de la tarte. A cette période encore plus que d’accoutumée, j’ai eu une admiration sans bornes pour les peintres de l’âge d’or de la publicité, et les obscurs dessinateurs de comics de la grande époque… Pas un seul bouton undo, pas un seul ctrl-z pour les consoler, et ça patouillait des merveilles quand même, malgré les contraintes…des boss j’vous dis.

Bref. Après bien des tergiversations riches de croquis orphelins et moultes veillées nocturnes au coin de la cintiq, j’ai fini par arriver au résultat attendu par le CLIENT. Le CLIENT, dans ce genre de grosse boite, c’est un peu l’Alpha et l’Omega, c’est lui qui a le pognon, et toi t’es sa bitch, si il veut le CLIENT, il te crache dans la bouche et toi t’es content. Ouais.




Bon, histoire de dire, quelques extraits sans phylactères des planches defs, à dire vrai je ne sais pas dans quelle mesure je peux vous révéler l’intégralité des détails de ce projet, j’en resterai donc là. ( Si M.V, qui se reconnaitra et que je remercie encore vivement pour cette opportunité qu’il m’a offerte de m’esquinter la sa…. de me remplir les poches comme un sagouin en ces âpres temps de crise, passe par là, et qu’il y trouve quelque chose à redire, qu’il me contacte et on s’arrangera, bises. )

Bon, mais rassurez-vous, lecteurs d’Aquablue égarés par là, je reste chaud chaud chaud bouillant sur ce nouveau cycle et je m’y remets de ce pas ( ouiiii, je ne vous cache pas qu’il y aura un lééééééééééger petit petit petit retard par rapport à d’habitude mais rien de méchant, ouhlaaaaa, nonnonnonnon, hop hop plouf on y va.)
Allez, une petite prévisu pour marquer le coup et on se connait plus.

huhu.

Hem.

aaah mais si, j’ai ça qui traine;

Mais de tout coeur, je voulais vous remercier encore une fois pour tous ces commentaires dithire…dythiremb…dythi?…dithyran, beuh, pour tous vos commentaires super trop sympas. Nous autres auteurs sommes de frêles et fragiles créatures et vos flatteries sont pour moi de succulentes friandises que je dévore annuellement avec délectation pour repartir la tête haute et le stylet saillant, fièrement brandi, vers de nouvelles aventures graphiques. Bref, c’est cool.

Oh, j’allais oublier encore une dernière petite bafouille ! Spéciale dédicace pour un lecteur de la précédente note qui je l’espère se reconnaitra. J’ai un peu honte car comme dirait l’autre, le dur parpaing de la réalité professionnelle s’est encore écrasé sur la tartelette aux fraises de mes illusions ludiques et j’ai du voguer en silence vers d’autres horizons. Mais je ne t’oublie pas, camarade d’un fugace instant virtuel, ces quelques modestes pixels te sont dédiés. Puisse un jour heureux venir ou d’autres, nombreux, viendront harmonieusement les compléter.

et last but not least, un message pour une fidèle lectrice dont j’ai goujatement manqué le rendez-vous. Je vous salue bien bas, fidèles internautes et vous dit à l’année prochaine. ( meeeerde, j’ai encore oublié la vidéo, bordel ! Bon je vous bricole ça demain…j’te jure. )


Rhaaa…Nous y voilà, le 5 juin ! Cette fois pas possible d’y couper, va falloir poster du pixel, bordel ! Je me suis bien marré l’année dernière mais la je sens que vous ne vous contenterez pas d’une petite merdouille…
Ce que je vous propose, c’est d’y aller en mode gros bourrin, je n’ai plus le temps de vous emballer tout ça avec des petits gags et des conneries mais j’ai bien conscience que vous attendez de la patouille. Alors on va faire péter la patouille, c’est moi qui vous le dis !

Autant vous prévenir tout de suite, je lâche tout en mode random, y’aura de tout, du réchauffé, de l’indédit, du cool et du nazebroque et surtout, surtout beaucoup de machins pas finis, c’est un peu pour mon malheur ma grande spécialité. Mouhahahah.

Alley, on commence justement en douceur avec une note pas finite. Frustration un jour, frustration toujours, tranquillou. J’avais commencé ça il y a deux ans, juste après ma première note, pour vous remercier d’être venu si nombreux et pour toutes les éloges dont vous m’aviez fait part. Evidemment, mon éditeur a cru bon de me rappeler mes dates de bouclage, et ça me l’a un peu coupé…

Z’êtes toujours là ? alors on continue peinard avec du gros giclage de disque dur.

Je dois vous avouer j’ai une lubie, une envie irrépressible depuis des lustres que je n’ai toujours pas réussi à assouvir, comme tout bon gros geek créatif qui se respecte je rêve de bricoler MON jeu.
Jeu video, jeu de plateau, mes envies oscillent au fil des années et des saisons mais je me heurte désespérément au même mur. Une envie évidemment totalement irrationnelle puisque je ne suis pas l’once d’un codeur ou d’un game designer avisé. J’ai bien tenté de collaborer avec des gens mais avec un boulot qui vous prends déjà l’intégralité de votre temps libre, dur dur de monter quoi que ce soit de consistant. Sans parler de mon incapacité à prendre sur moi pour communiquer convenablement, bref… c’est la cata mais je ne perds pas espoir, un jour, peut-être me prendrai-je une année sabbatique pour enfin éllaborer ça sérieusement. en attendant j’entasse sur mon disque les recherches, les petits essais, les exercices de style et les concepts-à-la-con-mais-que-oh-ça-c’est-certainement-le-jeu-du-siècle-mais-que-ah-finalement-non.

On y va en vrac, super délire. Vous noterez une obsession constante pour Catane, civilization et minecraft, parce que les hexagones, les cucubes et les pionpions, c’est bon.

On part sur le pixel art. Le pixel art, après un boulot d’illus ou de bd un peu intense, c’est un peu la zénitude retrouvée. Le plaisir d’assembler telle une mosaïque ancienne des images qui se révèlent comme par magie. C’est aussi le plaisir de la nostalgie, d’une esthétique délicieusement kitsh et désuète, des heures passées sur Deluxe paint et des folles après-midi amiga de ma pre-adolescence à admirer démesurément pantois les jeux des bitmap brothers… C’est aussi réaliser qu’on ne s’improvise pas comme ça pixel artist, c’est un vrai savoir-faire et j’ai encore bien des étapes à gravir pour maitriser pleinement cet art délicat.

Beaucoup de vieilles choses la-dedans et ça n’intéressera certainement que les plus geeks d’entres vous, mais voilà, j’en ai un peu plus je vous le mets quand même comme qui dirait.



Ah si, il y a quand même UN projet abouti, grâce à Ad, le copain de Laurel, qui m’a proposé de bosser sur un de leur jeu iphone/ipad, The sandbox. Un falling sand game plus ellaboré et tactile. J’ai fait une partie des graphismes et c’était l’fun. Et c’était payé, ça aide.
plus d’infos ici pour ceusses qui veulent: The sandox.









Un petit coup de minecraft pour la rigolade, dans une autre vie il faudra que je fasse un mod pour ce jeu.

Et du jeu de plateau en bazar pour terminer. Si quelqu’un a un concept qui prend le meilleur de catane et le meilleur de civilization, le tout jouable avec des non-hardcore gamers en moins de deux heures, qui ne soit pas juste un tristounet jeu de cartes sans pionpions, qu’il se manifeste, c’est mon héros.




Pour ceux qui ne l’auraient pas vu à l’époque je vous enjoins à relire la note sur le blog de Mel avec du hero quest dedans.
http://www.melakarnets.com/index.php?post/2009/06/23/613-reno-quest
Egalement si toutes ces frivolités vous passionne, un site extra d’un gars super fort, Niklas Jansson, c’est une mine de concepts et de tergiversations graphiques autour des jeux videos qu’il a aimé. J’adore.

allez on ne faiblit pas; Quittons les petits pions et les petits pixel pour retrouver les illustrations et la bd. On est pas là pour rigoler, merde.


Soyons foufous, le premier qui trouve les 8 références présentes dans ce dessin gagne un album dédicacé. C’est du niveau pif poche mais vu que je ne fais plus de festivals par manque de temps, c’est l’occasion d’avoir une ptite patouille originale. Allez y’a pas de perdants, on y va, on y va.

La série suivante date d’il y a quelques années, j’avais bossé un an dans une boite d’anim. comme concept artist et character designer.( j’adore dire concept artist et character designer, ça fait pas pareil en français.) C’était vraiment un boulot super sympa. C’est aussi à cette époque que je me suis mis à bosser à la cintiq et je ne l’ai plus quitté depuis.
Toutes les images qui vont suivre sont la propriété de « The Bakery », allez pas me coller ça chez chtis panneaux.
































Oh ben tiens ça n’a rien à foutre là, ça, c’est plus récent et ça n’a rien à voir, tant pis je vous le mets quand même, plus rien ne m’arrêtera, mouhahahah.

Bon, avec tout ça, vous devriez en avoir pour un moment, non ? Oui je sais c’est un peu n’importe quoi ce déballage mais ça me fait beaucoup rire. Toutes mes condoléances pour votre iphone.

Zou, last but not least, on termine dans la joie sur Aquablue. Ca va faire 3 ans que je bosse dessus et je prends toujours autant mon pied. Comme le disait très justement mon scénariste Régis Hautière, « on nous a filé la boite de lego ultime et on nous paye pour jouer avec ». Régis il est comme ça, toujours la phrase qui fait mouche.

Plus sérieusement quand Delcourt m’a contacté pour reprendre cette série ça m’a un peu fait ça:

Parce que finalement c’est un peu la série qui synthétise toutes mes lubies et tous les méandres de mon imaginaire. Wesh gros. Et je suis bien content. J’ai encore du chemin à faire pour arriver au graphisme auquel j’aspire, à la fois hyper réaliste et péchu mais j’y vais tranquillou et c’est cool. ( en fait non c’est pas cool du tout je dois tout boucler dans deux mois, c’est horrible, je fais du caca tout coincé qui pue la 3d, je souffre, rha.)



















La couv du prochain tome qui devrait sortir en octobre:

Et comme vous avez été très sages et très persévérants je vous ai mitonné une pitite vidéo making-of, c’est pas la compo la plus intéressante ni mon dessin le plus juste mais bon, voila, c’est mon premier enregistrement, tout ça tout ça. ( c’est ptet un shouilla rapide aussi mais je ne voulais pas que ça dure 3 plombes.)

http://www.youtube.com/watch?v=Z76zE8lmTLU

Mince laissez-moi regarder comment qu’on incruste une video youtube dans un blog wordpress et je vous édite ça.

Bon, je crois qu’on arrive à la fin…C’est la note-qui-n’en-est-pas-vraiment-une la plus nawak et mal gaulée de toute la bloggosphère, si j’ai le temps,-ahah-un jour je rebricolerai tout ça pour intégrer des galeries, ça sera un peu moins indigeste.
Mais j’aime bien le principe du gavage, ça devrait vous tenir un petit moment. J’aurais aimé disserter plus en détails sur certains aspects de mon boulot mais on va garder ça pour une prochaine fois. Huhu.

En tout cas, je vous remercie tous pour votre gentillesse et votre fidélité malgré mon silence et mes mises à jours inexistantes. Pas un seul troll, pas un énervé, vous me faites regagner un peu d’espoir dans le net. Moi je dis bravo.
Autant de posts avec si peu de notes, je crois qu’on tient là un concept artistique singulier qui devrait faire date dans le petit univers des blogs bd.
Un grand merci à Luc Didry pour la bannière animée super michto ( hihihi, je l’ai mis en ligne hier soir 😉

Love sur vous.

juin 5th, 2012

Proudly powered by WordPress. Theme developed with WordPress Theme Generator and modified by Fiat Tux.
Creative Commons License